La qualité des koï

La qualité d'un koï

Antoine Vincent


 

Beaucoup d'amateurs se demandent ce qu'est la qualité d'une carpe koï (les amateurs avertis diront un koï, et je préfère cette appelation). On entend régulièrement parler de cela sans pour autant que tous soient au courant de cette signification. Les concours deviennent de plus en plus populaires en Europe, et je l’espère bientôt en France, malheureusement les critères de jugements sont rarement abordés, dans cet article vous saurez tout pour reconnaître un koï de qualité.

Le but de cet article est de donner à tous les amateurs la chance de pouvoir juger un koï et dire lequel des poissons est le meilleur. Commençons déjà par-là, que signifie le meilleur ? 

Le meilleur est un terme très vague à vrai dire, et chacun peut avoir sa conception personnelle bien définie. En effet certains parleront de meilleur sur l'instant présent, le meilleur pour un futur très proche et le meilleur dans le temps. 

On aborde donc déjà trois points :

- Le meilleur sur l'instant présent

- Le meilleur pour le futur proche (moins d'un an)

- Le meilleur dans le temps (supérieur à un an)


I) Le meilleur sur l'instant présent.

C’est surement le point le plus important pour l'appréhension de la qualité d'un koï. Afin de déterminer si le poisson est beau ou non, et si il va s'améliorer. 

Ce chapitre sera le plus long et le plus étoffé car il y a de nombreux termes et jugements à apprendre.

Pour tout amateur qui veut être capable de reconnaitre un koï de qualité, il doit connaître parfaitement plusieurs points : 

 

 

-    Il doit connaître les variétés de koï, je vous invite à aller sur différents sites que je trouve particulièrement bien fait :

http://www.aquatechnobel.be/index.php?pg=poisson/carnet/index2

http://www.forum-bassin.com/outils/koi/

En plus des variétés à connaitre il est préférable d’appréhender le vocabulaire couramment utilisé comme les couleurs, les zones du poisson, les différents pattern etc …

 

-    Mettre de côté son jugement et obtenir une analyse totalement objective, en effet vos goûts peuvent être différents des critères de jugements de la qualité d’un koï. Mais n’oubliez pas que vous achetez un koï pour votre bassin et qu’il doit correspondre à vos goûts bien évidement.

 

-    Il doit prendre en compte tout ce qui est important dans les points à analyser lorsque l’on regarde un koï. Dans l’ordre d’importance, les points sont :

I.1 -       Le body

I.2 -       La qualité de peau

I.3 -       Le pattern

I.4 -       L’aspect général

 

Cet ordre reprend les règles de jugement lors des koï-show, retenez donc bien que les points attribués sont de :

50% pour le body

30% pour la qualité de la peau

10% à 20 % pour le pattern

et les miettes pour l'overlook, ce qu'on appelle l'allure générale. Je suis sûr que vous avez déjà croisé un koï avec ce petit plus que l'on ne sait pas vraiment définir, et bien on appelle ça l'overlook.

 

I.1)   Le body

C’est la première chose à regarder !! Gardez bien en mémoire que les points attribués au body sur un concours représentent 50% de la note globale. Il est crucial que le poisson ait le meilleur body possible.

Celui-ci doit être :

-       Fuselé

-       Avec une symétrie parfaite, le côté gauche doit être identique au côté droit.

-       Des nageoires parfaitement formées et symétrique

-       Une tête large et longue

-       Ozutsu (zone entre la fin de la nageoire dorsale et caudale) la plus longue et large possible !!

 

 Voici la forme que devrait avoir un koï , on parle alors de body.

 

Le trapèze qui part du nez au haut de la tête représente la forme que doit avoir la tête d’un koï.

 

 

I.2)   La qualité de peau

 

Voici un lexique des différents termes étant utilisé dans le jargon des koï.

J'ai mis en gras les termes qui me paraissent les plus importants à retenir :

 

Le beni ou Hi: Défini la tâche rouge sur un koï

Shiroji : Défini le blanc d’un koï

Le sumi : Défini la tâche noir sur un koï

Tsubo sumi : Défini une tâche noir sur un fond shiroji

Kata sumi : Défini la tâche de sumi sur l’épaule

Kasana sumi : Défini  la tâche de sumi dans le beni

Boke sumi : Défini le sumi flou en sous cutanée

Kage sumi : Défini le sumi qui suit la forme des écailles

 

Ai sumi : Défini le sumi bleu, souvent sous cutané et signe de bonne qualité.

Ato sumi : Défini le sumi qui apparait tardivement

Shimi : Défini un point noir disgracieux sur la peau du poisson

Ojima : Défini les traits noir présents dans la nageoire dorsale

Ago hi : Défini du beni sur l’opercule

Ara hi : Défini du beni sur la nageoire dorsale

Akamoto : Défini la tâche de beni présente à la base des nageoires pectorales

Kokesuki : Défini une zone moins intense dans le beni

Motoguro : Défini la tâche de sumi présente à la base des nageoires pectorales

Tejima : Défini les traits de sumi présents sur les nageoires pectorales

Niban hi : Défini le beni secondaire (équivalent du shimi mais pour le beni dans le cas présent)

Ozutsu : Défini la zone entre la fin de la nageoire dorsale et le début de la nageoire caudale

Odome : Défini la tâche souvent présente sur la zone de l’ozutsu

Sashi : Défini le début d’une tâche de couleur

Kiwa : Défini la fin d’une tâche de couleur

 

Le sashi et le kiwa définissent le début et la fin d'une tâche de couleur, le but est que la démarcation soit la plus net possible. La photo ci-dessus montre un exemple parfais d'un kiwa (maruzome) de qualité.

Maruzome kiwa : Défini le kiwa qui suit le contour des écailles

Kamisori kiwa : Défini le kiwa qui ne suit pas les écailles

Fukurin : Défini la zone de peau située entre les écailles, facilement visible sur les grands koï.

  Sur la photo les petits points noirs montrent la zone du Fukurin, très facilement visible chez les Hikari mujimono (koï métallic unicolor) 

Kanoko : Défini le rouge uniquement présent à l’intérieur de l’écaille

Matsuba : Défini l’aspect pomme de pin qu’abordent les contours des écailles

 

Voici un résumé des principaux termes à retenir tout ça en image ;)

 

I.3)   Le pattern

 

Ippon hi : Défini un pattern rouge unique de la tête à la queue

Nidan : Défini un pattern à deux tâches

Sandan : Défini un pattern à trois tâches

Yondan : Défini un pattern à quatre tâches

Godan : Défini un pattern à cinq tâches

Maruten : Défini un pattern en forme de rond sur la tête

Inazuma : Défini un pattern en forme d’éclair ou ziz zag

Menkaburi : Défini un pattern complétement rouge sur la tête

Hanatsuki : Défini un pattern rouge partant de la bouche au corps

Kuchibeni : Défini un pattern « rouge à lèvre » sur la bouche.

Hachiware : Défini le pattern sumi en forme de Y sur la tête d’un koï

Menware : Défini le pattern sumi partant du nez vers l’arrière de la tête

Katsubera : Défini le pattern hi en forme de U, idéal à avoir sur les gosanke.

Kastubera pattern

Bongiri : Défini un pattern mal équilibré

 N.B : Trois écailles de couleurs suffisent pour former un pattern

 

Voilà les différents termes relatifs au pattern des koï, ci-dessous vous pouvez retrouver une synthèse de tout çela en image, bien plus parlant ;)

 

 

Le pattern est souvent le point le plus regardé par les amateurs, c'est tout à fait concevable, comme vu plus haut il existe une multitude de pattern pour les koï. 

Garder bien à l'esprit que le pattern ne représente que 15 à 20% du jugement lors des concours, alors comment savoir si le pattern est bon ?? 

Il doit être équilibré !! C'est aussi simple que cela. 

Au fil des années passées auprès des koï, je me suis fait une petite technique qui fonctionne relativement bien pour juger le pattern. 

Je "découpe" le poisson en plusieurs parties : 

La première est tracer une ligne dans le sens verticale (lorsque vous regardez le poisson de face), vous devez analyser si la quantité d'un couleur est la même à gauche qu'à droite.

Vous faites la même chose en traçant une ligne dans le sens horizontale (ligne verte ci-dessous) et analyser si la quantité de couleur est la même à l'avant qu'à l'arrière. 

 

Ici voici un petit résumé de l'analyse à faire avec les lignes. Vous pouvez désormais vous exercer sur le yondan (petite piqûre de rappel sur le pattern) kohaku ci-dessus. Vous pouvez admirer que la quantité de rouge est la même à gauche qu'à droite, ainsi que de l'avant à l'arrière. 

 

  A contrario voici un kohaku dont le pattern n'est pas équilibré, dît bongiri, comme vu plus haut dans le lexique des différents pattern. 

 

 

II) Le développement des koï dans le futur

 Je vous invites à lire la suite de cet article avec comment évaluer l'évolution et le développement d'une carpe koï dans le temps. à lire ici.